La champagne

Le terroir champenois

Les trois composantes majeures du terroir champenois – climat, sol et sous-sol, relief – créent une combinaison spécifique, une mosaïque de micro-terroirs aux caractéristiques uniques dont le savoir-faire des 15000 vignerons champenois tire le meilleur parti.

Alors que la réputation des vins de Champagne est aujourd’hui mondialement établie, le terroir dont ils sont issus est mal connu. Pourtant l’existence du vignoble champenois remonte au début de notre ère et une appellation d’origine contrôlée en a défini les limites dès 1927.

Sa position géographique septentrionale, ses conditions climatiques rudes, les particularités de son sous-sol et son implantation en coteaux en font un terroir totalement original, qui donne aux vins de Champagne leur inimitable typicité.

On distingue 4 grandes régions :

• La Montagne de Reims.
• La Côte des Blancs
• La vallée de la Marne.
• La Côte des Bar.

Leur reconnaissance est maintenant mondiale, en effet, le 4 juillet 2015, les Coteaux, Maisons et Caves de Champagne ont été inscrits sur la Liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO qui reconnaît ainsi leur « valeur universelle exceptionnelle.»

Avant de se délecter d’une coupe de champagne, les viticulteurs doivent travailler la vigne de façon rigoureuse.

Voici les principales étapes du cycle viticole annuel :

  1. Commençons notre voyage  après les vendanges (généralement septembre/octobre). Le froid approchant, la vigne perd alors ses feuilles, les viticulteurs vont pouvoir pratiquer la taille. Cette étape essentielle d’une future bonne récolte s’étend de novembre à mars et permet la maîtrise de la santé du cep de vigne. Il existe 4 types de taille ( Chablis, Cordon, Guyot, Vallée de la Marne) correspondant à différents cépages et crus.
  2. Poursuivons notre parcours à l’étape du renouveau entre février et avril. Le débourrement (départ de la végétation) est proche, il faut passer au liage. Cette étape consiste à attacher les charpentes aux fils de fer afin de soutenir les futures grappes de raisins.
  3. La végétation ayant démarrée, notre cep commence à prendre de la couleur, la vigne tourne au vert. 
  4. Dans sa course vers la fructification, la vigne se dote de jeunes pousses superflues qu’il est nécessaire d’enlever pour favoriser les brins fructifères : c’est l’ébourgeonnage. La lumière et les températures plus clémentes favorisent la pousse, il devient donc nécessaire de remonter les fils. Cette étape correspond au relevage et se déroule mi-juin.
  5. Juste après, vient le palissage, étape laborieuse consistant à séparer chaque pied par une agrafe afin d’aérer la vigne et favoriser la photosynthèse.
  6. Continuons notre voyage vers le rognage- écimage. Cela consiste à couper les brins superflus qui peuvent priver les grappes de vitalité.
  7. Il faut maintenant attendre que les grappes grossissent et que les raisins gagnent en sucre pour passer à l’étape de la vendange au alentours du mois de septembre.

A ce stade, nous sommes encore loin de cette coupe de champagne présente sur vos tables et pourtant le cycle de la vigne peut reprendre son cours.

Que se passe t’il après la vendange ?

Une fois le jus de raisin récolté comment obtenir le pétillant, la couleur, les arômes du champagne ?

Reprenons alors le cours de notre histoire en nous occupant cette fois d’une grappe de raisin récoltée lors de la vendange.

  1. Celle-ci poursuit son voyage vers le pressoir, dans lequel les baies vont éclater, c’est le pressurage.
  2. Le jus recueilli après filtrage est ensuite mis en cuve pour la phase de fermentation. Cette phase est la première fermentation dite « alcoolique ». Celle-ci dure 15 jours environ et permet d’activer les levures naturellement présentes dans le jus de raisin.  Cela transforme ainsi le sucre en un mélange d’alcool et de gaz carbonique.
  3. Notre grappe de raisin désormais devenue jus passe ensuite par la phase de clarification qui consiste à débarrasser le vin des levures et autres particules superflues.
  4. Vient maintenant la touche du vigneron qui va réaliser l’assemblage des vins. Cette assemblage issu des jus des différentes récoltes est alors la signature de la cuvée.
  5. Le vin obtenu est ensuite mis en bouteille dans laquelle on rajoute également sucre et levures. Il se passe alors la seconde fermentation transformant le vin en vin effervescent. La bouteille est bouchée d’un « bidule » (capsule).
  6. Le vin reposera 15 mois pour un champagne brut et 36 mois pour un Millésime.
  7. Notre bouteille doit maintenant être remuée afin de faciliter l’accumulation des dépôts organiques. Ceux-ci sont ensuite gelés lors du dégorgement et évacués. La bouteille est apte à recevoir son bouchon de liège, son muselet, l’étiquette et la collerette.

Notre voyage s’achève, la bouteille est prête il ne reste plus qu’a l’ouvrir. Santé !!